Traitements

ESWT : La thérapie extracorporelle par ondes de choc

  • Définition?

ESWT est un traitement dans lequel des ondes de choc sont générées dans le but de stimuler une réponse de guérison émise par le corps lui-même. Le module ESWT comprend une sonde à ultrasons intégrée qui aide à visualiser la position exacte de la lésion.

  • But?

Cette thérapie est utilisée pour des douleurs sévères aux tendons (durant depuis plus de 6 semaines) résistants aux soins, à la fois avec ou sans calcifications:

  • Tendon d’Achille
  • Tendon rotulien
  • Épicondylite latérale/médiale
  • Épine calcanéenne (fasciosis plantaris, aponévrose au plan de la plante du pied)
  • Tendons de la coiffe des rotateurs
  • Tendon situé sur l’extérieur de la hanche
  • Méthode?

Le patient est traité en position allongée et la zone à traiter positionnée sur le module à ondes de choc. Avant le début du traitement, la position du patient est ajustée au moyen de la sonde à ultrasons. Il vous sera demandé de rester aussi immobile que possible pour être capable de traiter l’endroit exact lors de toute la durée du traitement.

Les ondes de choc, d’abord à faible intensité, induisent une sensation de vibrations, ce qui peut être désagréable pour le patient. Après quelques minutes, une certaine accoutumance se produit habituellement et l’intensité peut être augmentée facilement. Le traitement ne dépasse jamais le seuil normal de douleur.

Il n’y a pas d’effets secondaires au traitement, hormis l’apparition de rougeurs ou, plus important, d’un bleu. (Ne pas oublier de mentionner au professionnel la prise d ‘ anticoagulants.) Juste après le traitement, il ne peut y avoir d’augmentation de la douleur. Le patient peut rentrer chez lui en conduisant lui-même son véhicule et reprendre une activité normale. Dans certains rares cas, le patient éprouve une légère augmentation de la douleur en réponse au traitement, le lendemain.

On administre chaque seconde deux ondes de choc, avec un total de 2.000 chocs par session. Le traitement dure environ 20 minutes, ainsi que quelques minutes supplémentaires nécessaires pour trouver la bonne position. Le tout prendra donc un total d’une demi-heure.

En tout, trois séances de traitement sont nécessaires, de préférence dispensée à une semaine d’intervalle.

  • Résultats?

Les résultats dépendent de la zone à traiter et du degré de dégradation des tendons : les taux de réussite varient entre 60-90% avec une nette amélioration ou la disparition complète des symptômes. Il est important de savoir que parfois, l’effet peut n’être ressenti que 6 semaines après la fin de la dernière séance.

  • Coût?

Le traitement ESWT n’est pas entièrement remboursé par l’INAMI : le prix par session est de 145 €, dont 68,36 € (79,84 € pour OMNIO) remboursé. Cela signifie que le patient doit payer 76,64 € (65,16 € pour OMNIO) par séance.
L’hôpital enverra la facture après les traitements.

Ce coût élevé est déterminé par le coût important du dispositif et le coût d’entretien des appareils lui aussi élevé. Le remboursement prévu couvre la consultation et l’échographie.

Infiltrations/injections dans les articulations et les muscles, autour des tendons, autour des nerfs (hiatus sacral, épidural, transforaminaal), dont l’objectif est d’éliminer ou de soulager la douleur

  • Corticoïdes
  • AINS
  • Traumeel
  • Anesthésiant : une injection diagnostique d’un produit anesthésiant d’action brève est effectuée. Elle permet de poser un diagnostic premier selon si la douleur disparaît au courses heures suivantes ou non.
  • Acide hyaluronique : une substance endogène qui est entre-autres nécessaire à la lubrification des articulations. En cas d’arthrose précoce/usure des articulations, une injection d’acide hyaluronique peut soulager la douleur. Une moyenne de 2 à 5 infiltrations par an est nécessaire.
  • La toxine botulique : un produit naturel, qui est utilisé pour arrêter l’activité musculaire non souhaitée. Notre service l’utilise principalement pour traiter des patients soufrant de spasticité. Dans de plus rares cas, il peut être utilisé en cas de douleurs persistantes du cou. Son action dure de 3 à 6 mois. Le premier résultat est notable dès la première semaine et l’effet est maximal après 6 semaines environ.
  • PRP (Plasma riche en plaquettes):
    • Définition?

      Le PRP est du plasma sanguin enrichi en plaquettes sanguines. Ce plasma est obtenu à partir d’un échantillon de sang ; c’est donc par conséquent du plasma endogène qui ne peut provoquer aucune réaction immunitaire/réponse allergique. Le plasma sanguin peut être séparé des globules rouges et blancs par la centrifugation. Les plaquettes sanguines du plasma libèrent des facteurs de croissance qui jouent un rôle important dans la réparation tissulaire : Le PRP peut être utilisé lors de déchirures musculaires, de déchirures ligamentaires, de ruptures de tendon ou de tendinite chronique.

    • Méthode?

      Le patient n’est pas autorisé à prendre d’anticoagulants ou de médicaments anti-inflammatoires une semaine avant le traitement. Le jour du début du traitement, un prélèvement sanguin au service d’orthopédie est effectué (le patient doit créer son dossier auprès du secrétariat orthopédie du campus Brugsesteenweg) ; cet échantillon de sang est ensuite centrifugé. Il vous suffira alors de vous rendre au service Médecine Physique & Rééducation où les plaquettes vous seront réinjectées sous guidage échographique, avec ou sans anesthésie locale. Cette procédure dure au total environ 1 heure. Les 2 premiers jours suivant le début du traitement, la zone traitée peut être sensible. Le patient n’est pas autorisé à prendre des anti-inflammatoires pendant 14 jours et doit suivre un schéma bien précis pour amorcer sa rééducation.

  • Résultats?

    Selon l’emplacement des injections, les taux de réussite sont estimés à 60-70%. 1 à 3 infiltrations peuvent être nécessaires.

  • Coût?

    60 € pour le prélèvement de sang et la centrifugation de cet échantillon : un coût qui concerne l’utilisation du matériel et qui ne peut pas être remboursé (par le service Orthopédie).

    75 € pour la consultation, l’échographie et l’infiltration au service Médecine Physique : un assuré normal reçoit 37,74 €, le statut OMNIO donne droit à un remboursement de 49,22 €.

Médecine manuelle

Au moyen d’une étude clinique manuelle, un médecin tente de trouver les troubles fonctionnels des parties du corps en cause dans la douleur éprouvée. Au moyen d’une « manipulation » (= un petit mouvement à grande vitesse), cette gêne dans les mouvements peut être éliminée. En outre, une « mobilisation » (= un petit mouvement lent) peut être efficace. En plus d’éliminer ces troubles fonctionnels, il est important d’identifier leur cause, voire de l’éradiquer, grâce à des corrections de posture, des conseils ergonomiques et de l’exercice, afin de prévenir toute récidive.